Vous êtes ici

Les espèces d'intérêts communautaire

 

Espèces de la directive "habitats"

 

La directive « Habitats » liste dans ses annexes des espèces animales et végétales dites d’intérêt communautaire. Chacune de ces annexes définit la réglementation concernant ces espèces.

 

L'annexe II de la directive liste les espèces de faune et de flore d'intérêt communautaire dont la conservation nécessite la désignation de Zones Spéciales de Conservation (ZSC), impliquant :

 

  • Le maintien et/ou le rétablissement des habitats de ces espèces dans un état de conservation favorable,
  • La non-perturbation des espèces, pour les perturbations ayant un effet au regard de leur conservation,
  • L’évaluation des incidences pour les projets susceptibles d’affecter les habitats de ces espèces.

 

Les espèces de la directive habitat présentes sur le site :

 

La Loutre d’Europe (Lutra Lutra)

Loutre 4Description

Longueur totale du corps : 90 cm à 1,20 m dont 30 à 45 cm de queue

Poids : 6 à 12 kg pour le mâle, 4 à 8 kg pour la femelle

L’espèce est bien adaptée à la vie en milieu aquatique : fourrure dense, corps long et souple, pattes courtes terminées par des pieds semi-palmés, queue longue et puissante, tête aplatie.

Son pelage est de couleur brunâtre à marron foncé, avec des zones grisâtres plus claires sous la gorge, la poitrine et le ventre.

Les mâles sont corpulents, les femelles plus sveltes.

 

Régime alimentaire

Carnivore avec une prépondérance de poissons dans l’alimentation (de 50 à 90 % des proies)   mais également des écrevisses ou des amphibiens, plus occasionnellement des petits mammifères, des oiseaux, des insectes...

Une loutre adulte consomme de l’ordre d’1 kg de proies par jour et s’adapte facilement aux ressources alimentaires locales

 

Comportement et présence sur le site

Plutôt solitaire, l'espèce, en dehors de ses périodes d’activité, se repose dans une catiche, abri naturel entre les pierres d’une berge, dans un fourré ou dans un enchevêtrement racinaire, toujours à proximité de l’eau. En activité, elle passe une grande partie de son temps dans l'eau.

Sa reproduction est possible toute l’année.

 

Le comportement social est de type individualiste. Chaque loutre est cantonnée dans un territoire particulier situé à l’intérieur d’un domaine vital beaucoup plus vaste compris entre une dizaine de kilomètres de rivières pour les femelles et une cinquantaine pour les mâles. Ce domaine varie suivant la densité de proies et la qualité du milieu naturel. L’espèce marque son territoire à l’aide de son urine et de ses fientes que l’on nomme épreintes.

 

Sur le site de l’étang du Moulin neuf, la Loutre est  couramment observée nageant et jouant, même en pleine journée. En 2013, ce sont deux individus qui ont été vus simultanément à plusieurs reprises, sans doute deux jeunes en émancipation.

 

 

 

 

Les chauves-souris

Plusieurs chauves-souris ont été observés sur le site (Barbastelle, Pipistrelle de nathusius, Murin de naterrer…)  et la présence de petits et grand Rhinolohpe est relevés tous les ans en hivernage sur le site.

 

Biologie des chauves souris  (source GMB)

Les chauves-souris - ou chiroptères (du grec cheiro : "main" et ptère : "aile") - sont les seuls mammifères volants au monde. En breton, chauve-souris se dit askell-groc'hen (aile de peau) ou logodenn-dall (souris aveugle). Animaux dépourvus de tout comportement constructeur, les chauves-souris dépendent entièrement des abris naturels ou construits par l'Homme.

Le Grand rhinolophe.Rhinolophus ferrumequinum (source GMB)

Description: c’est le plus grand des rhinolophidés d’Europe (environs 40 cm d’envergure et 30 grammes). Il se distingue facilement par son aspect de « cocon » lorsqu’il est suspendu à une paroi.

Régime alimentaire :ses terrains de chasse sont liés au bocage. Lors de son activité de chasse, le Grand rhinolophe recherche de gros insectes (papillons, coléoptères…) que les adultes capturent dans un rayon de 4 km autour du gîte. Les jeunes de l’année, encore inexpérimentés, exploitent principalement les pâtures, où ils chassent des bousiers (proies faciles à capturer). Les animaux sont fidèles à leur terrain de chasse tant qu’ils y trouvent assez de nourriture.

 

Comportement:le Grand rhinolophe est une espèce sédentaire. L’été, les femelles se regroupent dans des endroits chauds et calmes (combles d’église, de châteaux…) pour la mise-bas. L’hiver, les individus se rassemblent dans des ardoisières, caves ou grottes.

Comme chez tous les chiroptères, les femelles ne font qu'un seul petit par an.

 

 


 

 

Observations naturalistes

Le site est reconnu comme l'un des meilleurs lieux d'observation de la Loutre en Bretagne : ceci est possible à partir du chemin de randonnée (et certainement pas en allant la déranger dans son habitat !) et ceci même en pleine journée.

Voici quelques belles prises de vue :

Par Samuel Jouon, par Johan Chervaux (en image, ou en vidéo).

 

 

Les oiseaux se laisseront également découvrir à partir de l'observatoire installé au bord de l'eau. Un panneau didactique vous guidera dans vos observations.

Panneau oiseaux de l'étang - bas

Panneau oiseaux de l'étang - haut